Hambourg a donc cinq églises luthériennes principales (Hauptkirche) qui sont situées dans le centre historique, à l’intérieur des murailles du XVIIe siècle : St. Petri, St. Katharinen, St. Jacobi, St. Michaelis („Michel“) et St. Nikolai. Pour cette dernière, la nef ayant été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, ses ruines ont été préservées et la Hauptkirche a été reconstruite dans le quartier de Harvestehude.

A lire aussi :

Les ruines de la Hauptkirche Sankt Nikolai

L’église principale Sankt Nikolai et sa flèche

Une vue panoramique sur Hambourg : la Hauptkirche Sankt Petri

La Hauptkirche Sankt Michaelis / Der Michel

Mais il y a encore une Hauptkirche… celle d’Altona ! En effet, la Hauptkirche Sankt Trinitatis ne fait pas partie des cinq hambourgeoises car Altona est restée une ville indépendante de Hambourg jusqu’en 1938 et n’est devenue prussienne qu’en 1866 (elle était danoise auparavant) et allemande en 1871.

La construction de l’église

Au XVIIIe siècle, Altona fait partie du duché de Holstein qui appartient au royaume du Danemark. Elle a la réputation d’être une ville riche, ouverte et tolérante. Plusieurs églises ont été construites dont une église Sankt Trinitatis à l’emplacement actuel en 1649-1650. La première tour est rasée en 1686 et une nouvelle tour est construite entre 1688 et 1694 par le maître charpentier, Jacob Bläser. Mais la nef étant délabrée, il est décidé de la raser et de reconstruire une nouvelle église, tout en gardant la tour. C’est l’architecte Cay Dose qui est chargé du chantier entre 1742 et 1743. Avec un style relevant du baroque tardif, il construit une église sur un plan en croix avec un clocheton surplombant la nef et rappelant le clocher.

Le monogramme du roi Christian V du Danemark

A lire aussi : L’église de Rellingen et celle de Niendorf Markt (Hambourg) : deux autres églises où l’on retrouve Jacob Bläser et Cay Dose.

En 1897, la tour est rénovée dans un style néo-baroque. Il reste peu de photographies de l’intérieur de l’église qui était marqué par un riche décor de style baroque.

Après la Seconde Guerre mondiale

Mais l’Operation Gomorrha en juillet-août 1943 détruit en grande partie la ville de Hambourg. De l’église Sankt Trinitatis, il ne reste plus que la base de la tour et les murs extérieurs. Pendant les années 1950, il y eut beaucoup de débats pour savoir si les ruines de l’église devaient être rasées ou préservées pour la reconstruire. Les architectes Horst Sandtmann et Friedhelm Grundmann sont chargés de la reconstruction à partir de 1963 et, en 1969, l’église peut être consacrée.

Un parti-pris moderne a été choisi pour l’intérieur de l’église et les orgues. Les lignes épurées et la grande luminosité de l’ensemble sont un peu déroutantes au départ. En effet, on s’attend à un intérieur baroque, décoré voire assez chargé et cette sobriété est en réel contraste avec le bâtiment. L’ensemble donne finalement une impression apaisante et calme.

On aperçoit le Christ souriant (XIIIe siècle).

Le nouveau projet architectural

Cinq bâtiments vont être construits autour de l’église Sankt Trinitatis. Avec leur architecture futuriste et durable et leurs toits en pente, le projet a fait débat. Il est mené par la paroisse, dans un but social. En effet, il y aura des logements sociaux, des appartements de transition pour des SDF, une crèche, un café géré par la paroisse, une auberge pour pèlerins, etc.

Le projet doit être fini en 2023 et une phase de rénovation de l’église lui succédera jusqu’en 2028. C’est le moment d’aller découvrir cette église avant les travaux… puis après la construction de ce nouveau quartier.

Aviez-vous déjà vu, ou même visité, cette belle église ?

%d blogueurs aiment cette page :