Il y a 50 ans, le 7 décembre 1970, a eu lieu à Varsovie un événement fondamental dans les relations germano-polonaises, et même pour l’avenir de la paix en Europe.

Source de la video : la Fondation Willy Brandt

Qui voit-on dans cette vidéo ? Willy Brandt, le chancelier de la République Fédérale d’Allemagne (RFA), est en voyage officiel en Pologne pour signer le Traité de Varsovie entre la République populaire de Pologne et la RFA. Par ce traité, la RFA reconnaît la ligne Oder-Neisse (Oder-Neiße-Grenze) comme frontière occidentale de la Pologne et renonce donc à toute revendication sur les anciens territoires prussiens de Prusse orientale, de Poméranie et de Silésie (zones en jaune sur la carte). La ligne Oder-Neisse suit globalement deux cours d’eau (l’Oder et la Neisse) pour déterminer la frontière entre la République Démocratique Allemande (RDA) et la Pologne.

Source de la carte : die BPB

Or, comme on le voit sur cette carte, la RFA n’a aucune frontière commune avec la Pologne, celle-ci étant frontalière de la RDA, en vert sur la carte. La ligne Oder-Neisse avait été reconnue par la RDA en 1950 lors des accords de Görlitz mais pas par la RFA, ce qui pesait sur les relations diplomatiques entre ces deux pays. Willy Brandt, dans le cadre de la Neue Ostpolitik, veut améliorer et normaliser les relations de la RFA avec la RDA, l’URSS et les autres pays du bloc soviétique. Le Traité de Varsovie en est une des manifestations principales. Cette Neue Ostpolitik lui vaudra même le prix Nobel de la Paix en 1971.

Le 7 décembre 1970, Willy Brandt est donc à Varsovie, accueilli assez froidement par Józef Cyrankiewicz, le président du Conseil d’Etat polonais. Ce dernier a en effet été un résistant à l’occupation nazie de la Pologne et a même été déporté à Auschwitz. Brandt a été un opposant au nazisme dès 1933 et a participé à l’organisation de la résistance socialiste allemande depuis la Norvège. Déchu en 1938 de la nationalité allemande, il devient norvégien mais doit fuir en Suède en 1940 après l’invasion allemande de la Norvège. Il rentre en Allemagne en 1945 et récupère la nationalité allemande en 1948. Il est maire de Berlin-Ouest de 1957 à 1966 et devient chancelier de la RFA de 1969 à 1974.

Mais l’événement le plus important du 7 décembre 1970 est l’agenouillement de Willy Brandt devant le Monument aux héros du ghetto. Il commémore le soulèvement armé du ghetto de Varsovie entre le 19 avril et le 16 mai 1943 pendant lequel quelques centaines de combattants juifs réussirent à tenir en échec les soldats allemands avant le dynamitage de la Grande Synagogue et la destruction finale du ghetto. Willy Brandt, dans un geste qui n’était pas prévu, s’agenouille après avoir déposé une gerbe au nom de la RFA. Ces quelques instants de recueillement marquent profondément les esprits. Ce geste symbolique est, de plus, celui d’un Allemand qui demande pardon au nom de son peuple alors qu’il a lui-même toujours été un opposant au nazisme.

En Allemagne, l’agenouillement est critiqué par la presse conservatrice dans le cadre de l’Ostpolitik, assez peu pour le geste en lui-même. En Pologne, la réaction du gouvernement polonais est beaucoup plus froide. Il n’est mentionné dans aucun discours officiel et les photographies sont même recadrées avant d’être publiées. Ce geste contredit en effet la propagande officielle de l’Allemand revanchard et dangereux et l’antisémitisme plus ou moins assumé du gouvernement polonais. Mais, dans la population polonaise, l’agenouillement du chancelier Brand est perçu de façon très positive.

Vous connaissiez ce geste de Willy Brandt ?

Source de la photographie de couverture : Deutsche Welle

%d blogueurs aiment cette page :