Il y a quelques jours, nous sommes allés visiter le moulin de Maupertuis (à Donzy, dans la Nièvre) qui est l’écomusée de la meunerie. Je voulais ici remercier la jeune femme qui nous a si bien accueillis, nous a expliqués le rôle de certaines machines et nous a même montrés leur fonctionnement. Nous avons été ravis de bénéficier de ses explications précises et très intéressantes.

Informations générales

Le moulin de Maupertuis est situé rue André Audinet, 58220 Donzy. On peut se garer place de la Mairie. En mai, juin et octobre, le musée est ouvert de 14h00 à 18h00 les samedis, dimanches et jours fériés. En septembre, pendant les vacances de la Toussaint, de Pâques et d’été, le moulin est ouvert de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00 (sauf le mercredi). Des visites guidées sont aussi proposées.

Lors de notre visite, nous avons pris le jeu de piste sur la fabrication des croquets pour nos deux aînés (7 et 10 ans). Les enfants reçoivent un petit questionnaire et doivent rechercher les ingrédients de la recette des croquets. Pour répondre aux questions, il faut bien lire l’énoncé, chercher ensuite dans la pièce où l’ingrédient a été caché et noter l’endroit sur le questionnaire. A la fin, une petite surprise attend les enfants.

Visite de l’écomusée

Le moulin existe depuis la fin du XIVe siècle ou le début du XVe siècle, sans qu’il soit possible de dater plus précisément sa construction. Les quatre niveaux du moulin permettent de découvrir le travail du meunier, les machines employées pour assurer les quatorze étapes nécessaires à la transformation du grain de blé en farine blanche. Je ne savais pas que le processus était si long et nécessitait tant d’actions différentes. Ce qui est très intéressant aussi, c’est que l’on se rend compte que toutes les machines sont reliées entre elles et que certaines sont à cheval sur plusieurs étages, utiisant ainsi la gravité naturelle.

Un plansichter : une machine composée d’une soixantaine de tamis permettant de faire le blutage (la séparation de la farine du son)
La chambre à farine se situe entre le premier et le deuxième étage et pouvait contenir jusqu’à 22 tonnes de farine avant qu’elle ne soit mise en sac.

A partir de 1902, le moulin de Maupertuis devient la propriété de la famille Carroué. Paul Carroué, fils de Jules, est le dernier meunier. A son départ en retraite en 1961, la roue à augets est démontée. En 1987, le moulin est proposé à la vente à l’Association Culturelle du Donziais et en 1991, la roue est reconstruite, redonnant ainsi son identité de moulin au bâtiment.

La roue du moulin tourne sur un bief, c’est-à-dire un petit canal de dérivation à partir des eaux du Nohain. Le premier étage est d’ailleurs consacré à cette rivière, sa flore, sa faune mais aussi les activités économiques qu’elle permet.

Une petite anecdote : nous avons bien sûr pensé à la comptine « Meunier, tu dors » et bien cette chanson se base sur la réalité du métier du meunier puisque ce dernier, ou l’un des trois hommes avec qui il travaillait, dormait toujours au moulin pour réagir immédiatement si la roue tournait trop lentement ou rapidement. Les courroies de la roue étaient aussi reliées à cet appareil étrange dont les cloches s’emballaient si jamais la roue tournait trop lentement ou trop vite et fort.

La visite du moulin en famille a été une sortie très intéressante. Comme toujours, je trouve l’histoire industrielle particulièrement adaptée à des visites avec des enfants car elle est concrète et leur permet d’appréhender le passé en découvrant des techniques différentes, souvent disparues.

A lire aussi : Dix conseils pour visiter sereinement un musée avec ses enfants

%d blogueurs aiment cette page :