Aujourd’hui, c’est férié dans toute l’Allemagne ! En effet, les jours fériés ne sont pas forcément les mêmes dans tous les Bundesländer. Mais le 3 octobre est la fête nationale de toute l’Allemagne, c’est le Tag der Deutschen Einheit (la journée de l’Unité allemande).

Pourquoi le 3 octobre ?

Le 3 octobre 1990, à minuit, la République Fédérale d’Allemagne (RFA) et la République Démocratique Allemande (RDA), les deux Allemagne issues de l’après-guerre, étaient officiellement réunifiées par un traité. Le drapeau noir rouge et or était hissé sous les hourras. La séparation d’un peuple pendant 40 ans prenait fin.

Et aujourd’hui ? Le 3 octobre est célébré, à tour de rôle, par les capitales des Bundesländer. Cette année, c’est Kiel, la capitale du Schleswig-Holstein qui organise les manifestations officielles. Le président de la République fédérale d’Allemagne, Frank-Walter Steinmeier, la chancelière Angela Merkel ainsi que le président du Bundestag et le président du Tribunal constitutionnel fédéral seront accueillis à Kiel par le ministre-président du Schleswig-Holstein et assisteront à une messe œcuménique puis à la cérémonie officielle pendant laquelle la chancelière et le président du Bundestag prononceront un discours. Il n’y a bien sûr aucun défilé militaire sur Unter den Linden (la plus grande avenue de Berlin). Pour les Allemands, le défilé militaire est un signe distinctif des dictatures… et de la France.

Et pour les Allemands ? C’est un jour férié. Dans certains Bundesländer, les écoles sont aussi fermées le vendredi 4 mais dans d’autres, les cours auront lieu. Il n’y a pas de fête particulière, ni d’attractions ou de bal des pompiers. On ne retrouve pas la petite fête dans la mairie du village avec le punch du maire et les petits drapeaux tricolores. Le site de la ville de Hambourg propose ainsi une liste de concerts et de manifestations mais sans lien avec l’événement. Et nous ? La cadette est invitée à un anniversaire dans une aire de jeux intérieure le matin et l’après-midi, nous prenons le Kaffee-Kuchen chez la maman d’un ami de mon fils.

Pourquoi pas le 9 novembre ?

Tout d’abord, que s’est-il vraiment passé le 9 novembre 1989 ? Comment le mur de Berlin si dangereusement franchissable depuis 28 ans a-t-il pu tomber ? Un peu par hasard, un peu par inadvertance !

Le 7 mai 1989, des élections municipales ont lieu en RDA. Pour lutter contre les protestations grandissantes, la SED (le parti socialiste unifié d’Allemagne, à la tête de la RDA) organise une fraude massive des élections. L’opposition dénonce ces manipulations tandis que la SED se félicite d’avoir obtenu 98% de votes favorables. Des manifestations pacifiques ont ensuite lieu tous les 7 du mois pour rappeler la fraude aux citoyens de la RDA. Le 7 octobre 1989, la RDA célèbre avec faste ses 40 ans. Mikhaïl Gorbatchev fait bien sûr partie des invités d’honneur et assiste au défilé militaire tandis que les manifestants sont passés à tabac par la police de la RDA et la Stasi (la police politique).

En parallèle, depuis début septembre 1989, des manifestations pacifiques ont lieu tous les lundis à Leipzig (les Montagsdemonstrationen) pour protester contre la Stasi et les restrictions de voyage pour les citoyens de la RDA. Le lundi 9 octobre, la manifestation rassemble 70 000 personnes qui scandent « Wir sind das Volk » (« nous sommes le peuple ») et revendiquent la liberté d’expression, la participation politique du peuple et la fin de la domination de la SED. Peu à peu, des manifestations ont lieu dans d’autres villes de RDA. Le 30 octobre 1989, ce sont 300 000 personnes qui manifestent à Leipzig.

La situation est donc tendue en RDA, d’autant plus que des milliers d’Allemands de l’Est ont réussi à la quitter en se réfugiant dans les ambassades de la RFA à Prague, Budapest et Varsovie. Le 9 novembre, la SED décide d’établir une nouvelle réglementation des voyages pour les citoyens de la RDA afin d’apaiser les tensions et d’éviter un recours à des moyens plus radicaux. La décision doit entrer en vigueur au plus tôt le 10 novembre et un certain nombre de documents administratifs seront nécessaires pour en bénéficier. Le porte-parole de la SED, Günther Schabowski, doit l’aborder, parmi d’autres points, lors de la conférence de presse en fin de journée. Sur sa petite fiche de note, il écrit qu’il doit lire le texte de la nouvelle règlementation des voyages.

Les notes manuscrites de Günther Schabowski pour la conférence de presse du 9 novembre 1989 (exposée à la Haus der Geschichte à Bonn)

Un journaliste italien demande quand cette réglementation entrera en vigueur. Schabowski ne sait pas et répond :  » Das tritt nach meiner Kenntnis… ist das sofort, unverzüglich. » – « Pour autant que je sache, cela entre en vigueur… c’est maintenant, immédiatement. »  » Les Berlinois de l’Est se précipitent aux postes-frontières où aucun ordre n’est arrivé et les garde-frontières les laissent passer. Le mur de Berlin est tombé !

Mais pourquoi ce jour historique n’est-il pas célébré ? Le 9 novembre est un jour particulier dans l’histoire de l’Allemagne, c’est le Schicksalstag (le jour du destin). Le 9 novembre 1918, la République allemande est proclamée par Philipp Scheidemann mais Karl Liebknecht proclame deux heures plus tard la République socialiste. Le 9 novembre 1923 a lieu la tentative de prise du pouvoir de Hitler à Munich par un putsch dit de la Brasserie. Le 9 novembre 1938 a lieu la nuit de cristal dans toute l’Allemagne nazie, nuit de pogrom contre les juifs. De nombreux débats ont eu (et ont toujours lieu) pour faire du 9 novembre une fête nationale, entre crainte d’une célébration néo-nazie et volonté de montrer que le chemin vers la démocratie est long et difficile.

Le rapport à l’histoire de son pays et au patriotisme diffère vraiment entre l’Allemagne et la France. Le décorum à la française et le maintien du défilé militaire sur les Champs Élysées le 14 juillet surprennent voire choquent les Allemands. Mais le côté surtout institutionnel de la fête nationale allemande me semble trop austère et les débats à la radio tournaient surtout sur la question de la réelle réunification des Allemands ou du maintien de différences fortes entre Allemands de l’Ouest et Allemands de l’Est, notamment économiques.

Et vous ? Avez-vous des souvenirs de la chute du mur de Berlin ? De la réunification ?

%d blogueurs aiment cette page :