Je participe de nouveau au rv #Histoires Expatriées, organisé par le blog L’occhio di Lucie. Ce thème, les relations amoureuses, a été proposé par la marraine du mois de novembre, Barbara, du blog Hilo Rico (#tripofmylife).

Die Deutschen flirten sehr subtil

Le thème m’a tout de suite fait penser à la chanson « Aurélie » du groupe allemand, Wir sind Helden. Elle raconte l’histoire d’une jeune Française installée en Allemagne et qui se désespère de voir un Allemand tomber amoureux d’elle. Le refrain lui explique :

Aurélie, so klappt das nie (Aurélie, ce n’est pas comme ça que ça fonctionne)
Du erwartest viel zu viel (Tu en demandes beaucoup trop)
Die Deutschen flirten sehr subtil (Les Allemands flirtent très subtilement).

Les paroles :

Aurélies Akzent ist ohne Frage sehr charmant
L’accent d’Aurélie est sans aucun doute très charmant
Auch wenn sie schweigt wird sie als wunderbar erkannt
Même quand elle ne parle pas, on reconnait qu’elle est magnifique
Sie braucht mit Reizen nicht zu geizen
Elle a un charme fou
Denn ihr Haar ist Meer und Weizen
Ses cheveux sont comme la mer et les blés
Noch mit Glatze fräß ihr jeder aus der Hand
Et même chauve, chacun viendrait lui manger dans la main

Doch Aurelie kapiert das nie
Mais Aurélie ne comprend pas
Jeden Abend fragt sie sich
Elle se demande chaque soir
« Wann nur verliebt sich wer in mich ? « 
« Mais quand donc m’aimera enfin quelqu’un ? « 

[Refrain]

Aurelie, die Männer mögen dich hier sehr
Aurélie, tu plais beaucoup aux hommes ici
Auf der Straße schaut dir jeder hinterher
Dans la rue, chacun se retourne sur ton passage
Doch du merkst nichts weil sie nicht pfeifen
Mais tu ne les remarque pas, car ils ne te sifflent pas
Und pfeifst du selbst die Flucht ergreifen
Et quand toi tu siffles, ils prennent la fuite
Du musst wissen hier ist weniger oft mehr
Tu dois savoir qu’ici on fait pas comme ça

Ach Aurelie in Deutschland braucht die Liebe Zeit
Ah, Aurélie, en Allemagne, l’amour demande du temps
Hier ist man nach Tagen erst zu ersten Schritt bereit
Ici, on a besoin de quelques jours avant de faire le premier pas
Die nächsten Wochen wird gesprochen
Les semaines suivantes, on discute
Sich auf’s Gründlichste berochen
On veut tout savoir
Und erst dann trifft man sich irgendwo zu zweit
Et c’est seulement à partir de ce moment là qu’on se donne rendez-vous à deux quelque part

[Refrain]

Aurelie so einfach ist das eben nicht
Aurélie, tout n’est vraiment pas aussi simple

Hier haben andre Worte ein ganz anderes Gewicht
Ici ont d’autres mots un poids totalement différent
All die Jungs zu deinen Füßen wolln sie küssen
Tous les garçons voudraient te baiser les pieds
Auch die süssen
Même les beaux gosses
Aber du merkst das nicht
Mais tu ne le remarque pas
Weil er dabei von Fussball spricht
Parce qu’il parle de foot en même temps

Ach Aurelie du sagst ich soll dir erklärn
Ah, Aurélie, tu me demandes de t’expliquer
Wie in aller Welt sich die Deutschen dann vermehren
Comment dans ce milieu les Allemands se reproduisent
Wenn die Blumen und die Bienen in Berlin nichts weiter tun als grienen
Quand les fleurs et les abeilles de Berlin ne font rien d’autre que sourire
Und sich nen Teufel um die Bestäubungsfrage schern
Et se font des montagnes pour la question du butinage (1)

[Refrain]

J’aime beaucoup cette chanson (datant de 2003) qui décrit plutôt bien la réalité, à savoir qu’il est parfois difficile d’identifier les tentatives de séduction d’un Allemand.

Je discutais récemment avec des amies allemandes enseignantes des premiers couples qui se forment au collège et au lycée. En France (dites-moi si cela a changé), les couples de collégiens ou de lycéens se donnent la main et s’embrassent (plus ou moins discrètement) lors des pauses. En Allemagne, ou tout du moins, à Hambourg, les élèves sont très discrets. Elles me disaient qu’elles voyaient très rarement des couples, soit qu’il y en n’ait peu, soit que ceux-ci ne l’affichent pas au collège-lycée.

Les Français ne flirtent pas très subtilement ?

Avec des amis allemands, nous avions eu un grand débat sur le baise-main que faisait Jacques Chirac à Angela Merkel lors de leurs rencontres officielles. En France, il était perçu comme une galanterie vieille France et un peu surannée, correspondant bien au personnage public du président français. En Allemagne, il était perçu de façon beaucoup plus négative, en s’interrogeant sur l’éventuel malaise de la chancelière face à cette manifestation plus ou moins déplacée du salut d’un homme à une femme.

Photographie de couverture

Le quotidien en Allemagne

La majorité des couples avec qui nous sommes amis ici, en Allemagne, sont des couples mixtes, en grande partie composés d’un Allemand et de sa femme étrangère. Qu’ils se soient rencontrés en Allemagne ou à l’étranger voire dans le pays d’origine de la femme, ils sont ensuite venus s’installer ici, souvent pour les opportunités professionnelles… de l’homme. Mon couple ne fait pas exception. Ce sujet m’interpelle fortement, je vous en parle davantage dans cet article sur l’expatriation et le féminisme.

Un article court sur un thème intéressant mais difficile à traiter pour moi. Mais le thème du 15 décembre s’annonce vraiment passionnant…

Autres participations :

Barbara au Costa Rica

Clarisse au Japon

Amélie et Laura en Italie

Alexienne avec sa vidéo et son article à Madagascar

Kenza au Canada

%d blogueurs aiment cette page :