Actualisation de l’article suite à ma seconde injection !

Aujourd’hui, samedi 24 avril, j’avais rendez-vous à 16h30 pour recevoir la première injection du vaccin BioNTech contre le coronavirus. Au début du mois, une maman dont le fils, trisomique, avait fréquenté la même crèche, m’avait informé que les parents s’occupant d’un enfant porteur de handicap (pflegende Eltern), pouvaient être prioritaires pour être vaccinés. Cela peut être aussi deux proches d’une personne adulte porteuse de handicap.

A lire aussi : Un silence de petits cris (2) : le diagnostic

Connaître son degré de priorité

J’ai donc appelé le 116117 pour savoir si je faisais en effet partie de cette catégorie ou pas. Mon interlocuteur me l’a confirmé sous réserve que la pédiatre de ma fille nous remplisse une attestation (ärztliche Bescheinigung) décrivant ce dont notre fille souffre et à quel groupe prioritaire (Prioritätsgruppe) elle appartient. M’occupant d’elle, je suis donc classée dans le même groupe (mon mari aussi).

J’ai ensuite régulièrement téléphoné et je me suis aussi connectée sur le site internet du 116117 pour prendre rendez-vous. J’ai essayé sans succès pendant deux semaines. En effet, le vaccin AstraZeneca est interdit aux moins de 60 ans en Allemagne et Hambourg attendait impatiemment une livraison de vaccins BioNTech. J’ai finalement réussi à obtenir un rendez-vous le week-end précédent.

Deux dates et horaires (celle de la première injection et celle de la seconde) étaient proposés. Une seule possibilité ! Je l’ai bien sûr acceptée. La première injection était donc aujourd’hui (24 avril), la seconde injection aura lieu début juin. Toutes les informations nous sont données pour rejoindre le lieu de vaccination (Corona-Impfzentrum, Lagestraße, Halle A3, Eingang West), à savoir le grand parc des expositions dans le centre de Hambourg.

Le jour de la première injection, il faut venir avec la confirmation du rendez-vous reçue par mail, une justification de son statut (le document est à télécharger ici), l’attestation du médecin et son carnet de vaccination (éventuellement le carnet de santé français). Petit conseil : mettre un t-shirt manches courtes.

Le jour de la première injection

Le chemin est indiqué partout. Il faut longer le palais des congrès et tourner ensuite à droite. Il est possible de venir en vélo ou en voiture, il y a des parkings payants (j’ai entendu que le parking coûtait 5€). Mais le lieu est très bien desservi en transports en commun. Le port d’un masque FFP2 est obligatoire.

Le centre de vaccination a recruté beaucoup de personnes pour contrôler l’accès d’abord, puis pour fluidifier les files d’attente. On arrive dans une immense halle, divisée en files et en grands guichets qui m’ont donné un peu l’impression d’être à l’aéroport. En permanence, des employés nous guident et nous dirigent. J’étais un peu inquiète car je devais aller dans la halle A2 alors que mon rendez-vous était en halle A3 mais la personne a gentiment confirmé que c’était la bonne direction. Il y a des marquages au sol pour respecter la distanciation et une chaise tous les deux mètres. Régulièrement, des employés passent pour proposer des verres d’eau et pour aider. C’est facile de les reconnaître, ils portent tous un t-shirt ou un pull blanc sur lequel est inscrit « Hamburg impft! » (« Hambourg vaccine !).

Le parcours et l’attente ont duré en tout une demi-heure. Ensuite, on va se présenter à un petit guichet « Anmeldung / check in » (pour retrouver la vague impression d’être à l’aéroport…). Une personne vérifie la pièce d’identité et les pièces justificatives. Petite précision pour les Français : ma carte d’identité était à mon ancienne adresse et j’ai dû expliquer à la dame qu’en France, on n’actualisait pas la pièce d’identité en collant un petit papier avec la nouvelle adresse. Si vous êtes dans le même cas que moi, prenez aussi votre Anmeldung. Puis, un médecin prend le relais et a rempli le questionnaire avec moi (ai-je déjà eu le covid ?, ai-je une maladie chronique ?, ai-je déjà eu une réaction allergique après un vaccin ?, suis-je enceinte ?, etc.). On passe ensuite entre les guichets pour rejoindre une petite salle d’attente. Quelques minutes plus tard, j’ai été reçue par un autre médecin qui m’a posé quelques questions et m’a ensuite vaccinée. Puis, il m’a donné mon attestation (Bescheinigung über Impfungen gegen SARS-Cov 2) et j’ai rejoint une autre salle avec des chaises où l’on reste pendant un quart d’heure pour se reposer. Il faut ensuite passer par l’Abmeldung et c’est fini ! En tout, cela a duré un peu plus d’une heure, j’ai eu raison d’arriver à 15h30 pour un rendez-vous à 16h30.

Ce qui m’a marqué : la grande gentillesse et l’ambiance bon enfant chez les employés ! Je m’attendais à quelque chose de plus froid voire tendu. En fait, on est accueilli par un « bonjour et bienvenue » avec un grand sourire, on nous oriente gentiment alors que les employés du centre de vaccination voient passer des centaines et des centaines de personnes chaque jour. Les deux médecins que j’ai vus étaient tout contents de voir une Française et un carnet de vaccination français, celui qui m’a vacciné m’a demandé de quelle région je venais, semblait bien connaître les vins de Bourgogne et a ensuite dit à la dame de la salle de repos qu’il lui amenait une petite Française. On entend les médecins plaisanter, les étudiant(e)s qui orientent ou tiennent les portes sont souriants (derrière leurs masques) et m’ont toujours saluée ou souhaité un bon week-end quand je me dirigeais vers la sortie. Bravo et merci à eux !

Des effets secondaires ?

Suite de l’article… Aujourd’hui, dimanche 25 avril (midi), la nuit a été bonne, j’ai été réveillée tôt par la petite. Au réveil, j’étais vaguement nauséeuse mais c’était peut-êtreplutôt lié au manque de sommeil. Finalement, je me suis levée à 05h45 quand elle s’est enfin rendormie. Seuls effets secondaires : j’ai mal au bras et je me sens fatiguée.

Suite… suite… Il est 19h00. La journée s’est bien passée. La douleur au bras (vacciné) s’est accentuée, je la sens même sans faire de mouvement et j’ai un petit bleu au niveau de l’injection. J’ai quand même été bien fatiguée aujourd’hui et suis allée m’allonger (voire faire un petit somme de quelques minutes) trois ou quatre fois. Mais sinon, ça va. Demain, je travaille de la maison, je pourrais donc me reposer régulièrement si nécessaire.

Suite et fin ! Nous sommes lundi matin et il est 09h00. J’ai encore mal au bras et je me sens assez fatiguée mais c’est peu probable que je développe maintenant une forte réaction.

Le maire de Hambourg, Peter Tschentscher a annoncé que d’ici la fin de l’été, tous les adultes le souhaitant pourront être vaccinés. J’espère que cela sera le cas et que la prochaine année scolaire retrouvera une normalité qui nous fait défaut depuis plus d’un an désormais.

Encore merci et bravo aux personnes travaillant au Corona Impfzentrum de Hambourg pour leur gentillesse et leur bonne humeur !

La seconde injection

Sternschanze, la station de métro et de S-Bahn la plus proche du centre de vaccination

Samedi 5 juin, j’avais rendez-vous le matin pour ma seconde injection (les deux fois avec le vaccin BioNTech) et j’ai retrouvé la même organisation bien huilée. Il me semble qu’il y avait plus de monde que la lors de ma précédente venue. J’ai eu de nouveau un questionnaire médical à remplir, avec notamment des questions sur les effets secondaires suite à la première injection.

Nous sommes lundi matin et je ne pense pas que j’aurais d’autres réactions. Comme après la première injection, j’ai été très fatiguée le jour même et le lendemain et j’ai eu hier beaucoup de courbatures dans le bras gauche, les épaules, le cou (à gauche) jusqu’à la mâchoire inférieure. Elles se sont atténuées en fin de journée et il me reste seulement des douleurs au niveau de l’aisselle gauche. Cependant, ces dernières m’ont quand même réveillée à plusieurs reprises la nuit dernière et elles restent présentes ce matin.

J’ai désormais mon attestation de vaccination (Bescheinigung über Impfung gegen SARS-CoV 2 / International Certificate of vaccination and revaccination against SARS-CoV 2). Dans deux semaines, le fait d’être vaccinée (vollständig geimpft) me permettra d’aller dans des magasins, des musées, chez le coiffeur, etc. sans devoir présenter de test négatif. Actuellement, la limite est fixée à cinq personnes de plus de 14 ans pour des rencontres privées mais le certificat de vaccination permet de ne pas être comptabilisé. Je suis aussi libérée de toute quarantaine si je fais un séjour à l’étranger (à moins bien sûr de présenter des symptômes).

En Allemagne, 37 millions de personnes ont reçu la première injection et 17 millions la seconde aussi (chiffres datant du 5 juin). En France, c’est le cas pour 27 millions et 12 millions. Nous sommes donc globalement dans les mêmes proportions. J’espère que ces chiffres vont rapidement augmenter.

%d blogueurs aiment cette page :