J’espère que vous avez passé un bon réveillon. Je vous souhaite une belle année 2022, en espérant que celle-ci vous garde, ainsi que vos proches, en bonne santé et vous apporte de la joie malgré l’inquiétude et la morosité ambiantes.

Comment s’annonce 2022 ?

La croissance exponentielle de l’incidence

La rentrée scolaire est lundi 3 janvier en France, elle est le mercredi 5 janvier à Hambourg. Mais l’incidence, tant en France qu’en Allemagne, ne fait que progresser.

Source

L’incidence est donc de 1332 en France, elle a quasiment doublé en une semaine (735 le 25 décembre). Elle est de 702 dans la Nièvre alors qu’elle était de 272 le 18 décembre. Elle y a donc quasi triplé en deux semaines.

Source

La situation n’est guère reluisante à Hambourg. L’incidence y est de 390, elle était de 355 il y a une semaine. A l’échelle de l’Allemagne, elle est de 207.

En France, comme en Allemagne, le passage en cours hybrides ou en distanciel n’est pas du tout envisagé… sauf par la Thuringe. Les élèves devaient d’abord reprendre en cours à distance jusqu’à la mi-janvier puis passer en cours hybrides. Finalement, ce sont les écoles qui décideront si la reprise se fait en cours à distance ou en hybride.

Je ne souhaite pas revivre de confinement avec les crèches et les écoles fermées mais je me demande si ce n’est pas la seule solution pour casser cette progression si rapide du variant Omicron. Il y a actuellement plus de 120 000 cas positifs chaque jour en France, plus de 40000 en Allemagne. Ne vaut-il mieux pas prendre une mesure de confinement réel pour les deux prochaines semaines ?

Source

La carte de l’incidence par Bundesland est très intéressante : on retrouve la frontière interallemande (mis à part Brême, Hambourg et Berlin-Ouest). Par Landkreis, c’est moins marqué car les arrondissements du sud du Bade-Wurtemberg ont aussi une incidence élevée). Je vous préviendrai si je trouve des articles analysant cette répartition de l’incidence.

Des vœux pour 2022 ?

Je n’ai pas vraiment de bonnes résolutions, je crois que la pandémie nous a appris à relativiser notre maîtrise du temps et de nos projets. La Nièvre en mars et en juillet et la Bavière à Pâques sont les seuls voyages envisagés pour le premier semestre de l’année. Si la situation s’améliore rapidement, j’espère retrouver une amie à Bruxelles (ou ailleurs) pour un week-end sans enfants ni mari et j’aimerai passer un week-end quelque part en France avec ma deuxième nièce. Je devais partir pour le travail en Normandie en avril mais il est très peu probable que cela soit maintenu. Dommage ! Je me réjouissais de découvrir une région que je connais très mal.

La mairie de La Charité-sur-Loire

A lire aussi : Les rues de La Charité

Les autres projets sont de continuer à aménager la maison (un petit coucou aux cartons qui attendent toujours d’être ouverts) et de poursuivre les lectures universitaires en histoire, en géographie ou en géologie. Des livres très intéressants m’ont été offerts à Noël et j’ai hâte de me plonger dans leur lecture.

Je voulais vous remercier pour votre présence et votre fidélité. Ce petit blog, commencé dans la morosité de l’automne 2019, est toujours là et c’est un vrai plaisir d’échanger avec vous. Avec les comptes liés sur Facebook et Instagram, il me permet de découvrir des personnes, des lieux, des livres, etc. C’est une vraie richesse de partir à la rencontre de personnes que je n’aurais vraisemblablement jamais connues dans la « vraie vie ». Merci !

Photographie de couverture : le pont de pierre de La Charité-sur-Loire, pour illustrer la morosité et le passage ouvert vers une nouvelle année peut-être prometteuse

%d blogueurs aiment cette page :