Nous partons toujours en vacances en voiture, que ça soit pour rejoindre la France ou la Bavière. Des milliers de kilomètres avalés chaque année ! Les enfants ont grandi, ils sont plus autonomes et peuvent porter un sac à dos avec une partie de leurs affaires… alors pour ces vacances d’octobre en Bavière, c’est décidé, nous partons en train ! Notre conscience écolo s’en réjouit déjà.

Une organisation sur mesure

Nous avons réservé cinq places en compartiment dans un train direct Hambourg-Freilassing (notre destination en Bavière). Un compartiment pour nous, la possibilité d’être tranquilles ensemble et de pouvoir enlever le masque si l’on ferme la porte. Des petites surprises (playmobils, bandes dessinées) prévues pour les enfants, de bonnes choses à manger (des petits bâtonnets de saucissons, des schokobonbons… il paraît que c’est encore meilleur de les manger en même temps…), le nouveau jouet à la mode rebaptisé plop-plop (le truc en plastique avec des boules à pousser d’un côté puis de l’autre), etc.

A lire aussi : Lokwelt… aller découvrir le monde des locomotives

Départ à 07h00 ! Arrivée vers 16h ! Réveil à 05h du matin, plus de huit heures de train mais le trajet va être confortable et sympa, et surtout tellement plus reposant que 1000 km en voiture en une journée ! On n’arrivera pas trop tard, on pourra encore se balader un peu et peut-être même dîner dans un Gasthaus (restaurant bavarois traditionnel) avant d’aller au lit !

Les enfants ont été efficaces au réveil, on a acheté le petit-déjeuner à la gare et bienvenue dans notre compartiment ! Les enfants sont ravis de leurs petites surprises et attaquent le sac de victuailles. On aperçoit la jolie gare d’Uelzen (dessinée par Hundertwasser), on passe Hanovre, la bonne humeur est bien au rendez-vous.

L’accroc…

Vers 09h30, le train s’arrête dans une gare qui n’était pas prévue, Northeim (Han), à une vingtaine de kilomètres au nord de Göttingen. Petite annonce de la Deutsche Bahn : une bombe de 250 kg datant de la Seconde Guerre mondiale vient d’être découverte sur un chantier à côté de la gare à Göttingen. Tout le centre-ville de Göttingen est évacué, soit 20 000 personnes, la gare est fermée, les opérations de déminage vont durer plusieurs heures.

Nous devons donc faire demi-tour et retourner à Hanovre (100 kilomètres au nord). De là, nous prendrons un ICE (c’est la version allemande du TGV) jusqu’à Nuremberg, puis un autre ICE jusqu’à Munich, puis un train régional jusqu’à Freilassing… Les connexions sont assez bonnes : les deux fois, nous avons une demi-heure pour changer de train. Mon mari réussit à acheter une réservation de places… sans acheter de nouveaux tickets (je ne savais pas que c’était possible).

Mais, car il y a un mais, ce n’est pas un ICE double comme prévu… mais un simple ! La moitié des passagers n’a donc plus de places… auxquels se rajoutent tous ceux, comme nous, dont le train a été supprimé. Bref, on a connu moins bondé comme train ! Nous réussissons quand même à trouver deux places relativement à côté. Une gentille dame a demandé à son fils de chercher deux autres places et nous a ensuite donné ses deux places. Quelle chance ! Quatre places pour cinq dans un train complètement bondé, ce n’est vraiment pas mal du tout !

Notre train doit par contre emprunter d’autres voies pour contourner Göttingen et accumule les minutes de retard… deux heures en tout ! Auf Wiedersehen la correspondance pour Münich ! Alors, quelles solutions nous reste-t-il ? Attraper une correspondance vers 18h00, arriver une heure plus tard à Munich et vers 21h30 à Freilassing ? Dormir à Nuremberg ou à Munich ?

L’étape imprévue

Finalement, nous avons choisi de rester une nuit à Nürnberg (Nuremberg). Les enfants ont vraiment été patients et nous ne voulions pas tenter le stress de connaître encore deux changements et d’arriver entre 21h00 et 22h00 avec des enfants épuisés et plus ou moins affamés. Il y avait heureusement un hôtel proche de la gare qui proposait des réductions.

Nous avons donc vite déposé nos bagages avant d’aller nous promener dans la vieille ville. Le centre historique est vraiment très joli avec de très nombreux bâtiments dans des tons vieux rose. Ses nombreuses rues piétonnes rendent les promenades en famille vraiment agréables. Nous nous sommes ensuite régalés de Käsespätzle et de Wiener Schnitzel afin d’oublier la fatigue de la journée.

A lire aussi : Nuremberg : entre forteresse impériale et locomotives à vapeur

Les enfants ont pu courir, chanter, sauter et même essayer de faire ding-dong plus fort que les cloches des églises. Ils se sont vite endormis et le voyage continuera demain matin, en espérant que les difficultés d’acheminement des trains détournés auront été réglées entre temps.

Des bombes de la Seconde Guerre mondiale sont découvertes chaque année en Allemagne, en général lors de chantiers. Cela reste un problème important, surtout dans l’ouest de l’Allemagne. Par exemple, huit bombes ont été désamorcées dans la ville de Berlin en 2020. En juin 2019, une bombe recouverte de terre avait explosé une nuit, créant un cratère de plusieurs mètres dans le champ où heureusement elle avait atterri, plus de soixante-dix ans plus tôt. Mais cela reste extrêment rare.

Je vais maintenant aller me coucher. Les vacances ont commencé de façon plus rocambolesque que prévu mais nous avons la chance de les passer dans une très belle région.

Bon courage à ceux qui ne sont pas en vacances et bonnes vacances aux Hambourgeois qui en profitent ! Bonne nuit à tous !

%d bloggers like this: