Nous avons, mon chéri et moi, la chance d’avoir chacun une grande famille, éparpillée en Allemagne, en France et en Espagne. Comme nous avons, de plus, fait dans nos études dans plusieurs villes, nous avons donc d’intéressantes destinations pour rendre visite à nos proches.

Certains habitent dans de grandes villes disposant d’un aéroport mais la plupart habite dans de petites villes ou à la campagne ou alors nous profitons d’un voyage pour faire la tournée des cousins et des copains de fac. Bref, la plupart du temps, nous partons en voiture. En général, nous faisons une étape à mi-chemin, souvent après avoir déjà parcouru 700-800 km. La semaine dernière, nous étions en vacances en Bavière (chez des cousins…) et avions 1000km à faire pour rejoindre notre grand Nord. Nous ne voyageons jamais de nuit, on en reparlera quand les trois enfants dormiront TOUS TOUJOURS très bien toutes les nuits…

Nos enfants ont été contraints et forcés habitués dès leur plus jeune âge aux longs trajets en voiture puisque nous habitons à 1500km de chez mes parents. Avec les années et les voyages, nous avons développé nos habitudes pour avaler des kilomètres sans gamins hurlants à l’arrière, ni parents au bord du nervous breakdown à l’arrivée !

La veille du départ, les enfants préparent leurs petits sacs à dos en y mettant les jouets, livres et doudous qu’ils souhaitent avoir avec eux à l’arrière. Ils ont de plus des doudous de voiture qu’ils sont contents de retrouver à chaque trajet. Le grand prend en général des locomotives et des wagons, la moyenne prend de petits animaux et des poupées et la petite des briques Duplo et des petites voitures. Je prépare toujours une petite surprise pour chaque enfant. Cette fois-ci, il y avait un livre sur les grottes pour le grand, un magazine sur les chevaux pour la moyenne et une voiture pour la petite. Les enfants n’ont pas d’écrans… à part celui du GPS qu’ils aperçoivent…

Mais notre arme secrète est…

Les deux grands passent des heures à coller des autocollants dans leur cahier, à dessiner et à inventer des histoires dont les héros sont à la fois des monstres, des astronautes, des licornes, etc.

Notre préférence va pour des planches d’autocollants que l’on trouve en France : les grandes planches de gommettes des éditions Dalix (on voit ces planches sur la première photo) et les gommettes autocollantes des éditions Lito. Ils sont beaux, de qualité et les enfants peuvent même assembler les gommettes selon le thème de la pochette… Mais le thème est parfois détourné… Les jolies ailes des papillons n’ont pas encore trouvé leur rôle mais les corps des papillons sont devenus des monstres surveillés par des robots et des astronautes !

La petite est encore trop petite pour les autocollants. Elle joue plutôt avec ses duplos, ses doudous, ses voitures et ses tétines. Mais surtout, elle regarde ce qui se passe autour d’elle. Passionnée de voitures et de motos, elle applaudit chaque voiture de sport nous doublant bruyamment, chaque moto pétaradant… ce qui sur l’autoroute lui fournit un spectacle permanent. Sinon, elle observe son frère et sa sœur, source inépuisable de joie et d’amusement pour elle. Mais il faut dire que tant qu’elle était dans le siège auto pour bébé, elle a beaucoup pleuré, détestant être ainsi bloquée, n’ayant d’autre vue que ses pieds.

Et bien sûr, il n’y aurait pas de survie sans l’énorme sac de bouffe mis à l’arrière… De quoi s’occuper entre les pauses ! De l’eau, des gâteaux qui ne collent pas, ne laissent pas du chocolat partout (galettes de maïs, petits beurres, bretzels secs, bâtonnets, bref toute la gamme des gâteaux bio qu’on trouve en Allemagne)… mais aussi des choses bien sucrées, pleines de chocolat qui coule et qui plaisent bien davantage aux grands et aux parents ! Des kilomètres aussi à écouter de la musique pour enfants, des livres audio (Hörbücher) dont Ritter Rost, le préféré des enfants.

Nous faisons en général étape dans une auberge de jeunesse mais parfois nous trouvons un hébergement plus insolite dans lequel il est possible de dormir à cinq dans une chambre… ce qui est loin d’être toujours le cas.

Et vous ? Quels sont vos secrets pour avaler des kilomètres en restant le plus serein possible ?