Ce mois de novembre est particulièrement chargé en microbes et virus. Depuis le début du mois, nos filles s’échangent, se donnent et se refilent forte fièvre, gros rhume, gastro et conjonctivite. Mon mari, allemand, appréhende différemment les faits que moi.

Extrait de notre conversation quasi-quotidienne. Un soir, après le dîner et le coucher des enfants :

(Moi) Tu as vu ? La petite a de la fièvre.

(Mon mari) Ah oui, c’est vrai, elle est un peu chaude.

-Oui, un peu chaude… Elle a 39,8° !

-Tu lui as pris la température ?

-Oui, je voulais savoir combien elle avait avant de…

-Quoi ? Tu lui as déjà donné du paracétamol ? Mais elle n’en avait pas besoin ! La fièvre est une réaction saine du corps ! C’est important de ne pas la faire baisser tout de suite.

-Elle a 39,8° ! Pas 38 !

-A chaque fois, c’est pareil. Tu lui donnes beaucoup trop tôt, il faut attendre au moins 40° !

-La pédiatre a dit 39° !

-Oui, c’est ça, elle a dit 40 !

-Tu n’y étais pas…

-A l’hôpital, à la formation de premiers secours pour parents, ils ont dit 40 ! Super ! Maintenant, elle va rester plus longtemps malade. La fièvre est le meilleur médicament possible pour guérir rapidement.

-Oui, tu le dis à chaque fois…

-Ça sert à quelque chose…

-Mais elle se sentait mal, avait mal à la tête. Bref, elle ne peut pas aller demain à la crèche. Qui reste à la maison ?

-Je ne peux pas, j’ai des rendez-vous importants.

-Moi aussi !

-Bon, qui est resté à la maison la semaine dernière ?

-Moi ! Tu peux déplacer tes rendez-vous à cet après-midi ? C’est important que je sois là le matin mais je peux travailler en home office ensuite. Enfin… ce soir… quand les enfants dormiront ! Je ne vais rien pouvoir faire en journée avec la petite qui est malade et les deux grands ensuite.

-OK ! On fait comme ça. Tu seras rentrée vers quelle heure ?

-S’il n’y a pas d’embouteillages, je peux être là vers midi.

-Très bien, je serai rapidement au travail. Tu iras chercher les enfants tôt ? Ils sont fatigués en ce moment et pourront se reposer à la maison…

-Ou choper les microbes de la petite ! De toute façon, autant aller chercher tout le monde dès que l’école est finie. J’irai à 13h.

Quelques heures plus tard… La maison est calme, les enfants dorment. Mon mari rentre à ce moment.

-Alors ? Comment s’est passée la journée ?

-La petite a un peu pleuré, les grands étaient fatigués et assez surexcités. A 17h, je lui ai pris la température, elle avait 39,1° et je lui ai redonné du paracétamol. Elle a ensuite bien dîné et s’est endormie assez vite.

-Tu as eu raison, elle devrait bien dormir.

-Et tes principes ? Pas de paracétamol avant 40° ? La fièvre comme meilleur médicament ?

-Oui… Bon, mais là, ce n’est pas pareil. Si elle reste à plus de 39°, on est sûr qu’elle va mal dormir et nous réveiller plusieurs fois dans la nuit.

-Beaux principes contre nuits pourries…

%d bloggers like this: