J’ai visité ce beau château, il y a quelques années, un peu par hasard, alors que mon grand frère et moi rentrions à Paris après être allés en Anjou fêter le mariage de notre frère. Nous avions envie de profiter de la belle météo et du temps disponible et… il était sur notre route. C’est donc de façon complètement spontanée que nous nous sommes arrêtés au château du Lude.

Le porc-épic, l’emblème de Louis XII

Localisation

Le château du Lude est situé dans la commune du Lude, dans la Sarthe, entre La Flèche et Tours. Il est ouvert tous les jours de 11h00 à 12h30 et de 14h30 à 18h, les jardins sont quant à eux ouverts de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h. (horaires d’été). La visite est libre, selon un parcours à sens unique et coûte entre 6€ (enfant 7-15 ans) et 11€ (adulte). Plus d’informations sur leur site internet.

Un exemple des principaux styles architecturaux

Au IXe siècle est construite, à proximité du château actuel, une motte castrale. Il s’agit, en général, d’une tour en bois édifiée sur un remblai de terre (souvent créé artificiellement) et entourée d’une palissade. A son pied se trouve la basse-cour, c’est-à-dire les bâtiments d’habitation, les écuries et les granges, elle aussi protégée par une autre palissade. Le tout est entouré d’un large fossé. Entre le XIIIe et le XVe siècle, un château-fort en pierre est construit, c’est l’origine du château du Lude. Dans le contexte troublé de la Guerre de Cent Ans, les seigneurs essaient de se protéger derrière des forteresses de plus en plus complexes. Le château du Lude a souffert des combats et des travaux de restauration sont indispensables.

On retrouve ce château médiéval dans les parties basses des tours, les douves sèches et le plan général du château.

Jean Daillon, ami d’enfance du roi Louis XI et son futur chambellan, acquiert le fief du Lude et son château en 1457. Proche du roi René d’Anjou, il fait appel à Jean Gendrot, l’architecte de ce dernier, pour restaurer et transformer la forteresse médiévale du Lude.

Le projet de Jean Gendrot est colossal et suppose de raser certaines parties, transformer les espaces extérieurs et de les reconstruire selon un plan architectural de type Renaissance. Le château-fort devient peu à peu un palais de la Renaissance avec des influences italiennes puis françaises. De grands médaillons sculptés en haut-relief décorent les façades du château

La cour d’honneur date du début du XVIIe siècle et est typique de la Renaissance française tardive. On retrouve les mêmes éléments qu’à l’Hôtel d’Angoulème Lamoignon à Paris : des pilastres d’ordre corinthien encadrent de grandes fenêtres à meneaux.

Fin XVIIIe siècle, la marquise de Vieuville hérite du château de son oncle, Joseph Julien Duvelaër. Elle entreprend de grands travaux de rénovation et fait construire la façade néoclassique face au Loir. On y retrouve des frontons et des murs de pierre présentés avec une ornementation sculptée très réduite. Cette façade s’ouvre aussi sur les jardins du château.

Enfin, au milieu du XIXe siècle, la façade nord, donnant sur la ville et datant de la Renaissance, est restaurée dans un style néogothique. Les fenêtres supérieures se voient agrémentées de gable (couronnement de forme triangulaire) et de pinacles (les petits clochetons). Une statue équestre de Jean de Daillon est intégrée à la façade pour renforcer les références médiévales.

L’intérieur du château est tout aussi intéressant et permet de découvrir des pièces meublées selon des styles très différents. Je n’en ai malheureusement aucune photographie. Les cuisines et les communs sont aussi ouverts au public et permettent d’appréhender le quotidien des employés du château à travers les siècles.

Les jardins

Le château du Lude est aussi célèbre pour ses jardins, classés « Jardin remarquable » depuis 2004. Sur six hectares de terrain et diverses terrasses ont été développés une roseraie, un jardin à la française, un jardin à l’anglaise et un potager ainsi que des espaces boisés.

La rive opposée du Loir

Ce château m’avait beaucoup plu, notamment pour ses styles variés et ses jardins immenses. Nous n’avons pas eu le temps de visiter la ville du Lude mais son classement en « petite cité de caractère » augure d’un beau bâti architectural. Je connais très peu l’Anjou et j’espère que les prochaines années me permettront d’y remédier.

Des Angevins ici ? Des conseils de visites à donner ?

%d bloggers like this: