Je vous ai raconté ces voyages que je n’ai finalement pas faits. Pour rester dans la thématique, je vais vous parler maintenant des pays que j’ai visités seule et que j’aimerais faire découvrir à mon mari et à nos enfants. J’ai recherché dans mes photos… et j’ai eu un choc en voyant la qualité relative de mes photos de l’époque. Les appareils se sont améliorés… et moi aussi !

La Géorgie საქართველო

Je suis allée en Géorgie en 2007 et y ai passé un mois, dans un contexte de bénévolat en logeant chez l’habitant à la campagne et en voyageant le week-end. La Géorgie est le passage au sud du Caucase entre l’Europe et l’Asie, historiquement encerclé par les grandes puissances qu’étaient l’empire russe, l’empire ottoman et la Perse. On y retrouve un syncrétisme de l’Asie et de l’Europe, profondément marqué par le christianisme. La conversion des monarques puis du peuple eut lieu au IVe siècle, ce qui en fait l’un des premiers États chrétiens au monde.

Le pays est magnifique et très varié de par ses paysages, de la mer Noire aux hauts sommets du Caucase. La Touchétie est réputée être la plus belle région de Géorgie (c’est ce que disent les Géorgiens mais je n’ai pas eu l’occasion d’aller vérifier). On peut voir des églises et des monastères magnifiques, leurs fresques pluricentenaires ont été sauvegardées malgré une histoire géorgienne compliquée.

Le monastère d’Alaverdi en Kakhétie
Tbilissi : à gauche, Abanotubani, c’est-à-dire les thermes traditionnels
L’entrée des bains Orbeliani

La gastronomie géorgienne est à la croisée entre Méditerranée, Perse et Russie. Bref, c’est un délice !

La cuisson traditionnelle du pain

On y trouve aussi des recettes très originales comme les churchkhela (ou tchourtchkhela). Qu’est-ce ? Je vous mets déjà sur la bonne voie… c’est sucré.

Il faut d’abord enfiler des cerneaux de noix sur une petite ficelle et, pendant ce temps, faire bouillir du jus de raisin mélangé à de la farine et une sorte de maïzena. Une fois le jus bien épaissi, on fait tremper les « colliers » de noix et on met ensuite à sécher. Un délice !

J’ai vraiment eu un coup de cœur pour la Géorgie et les Géorgiens, leur culture et leurs chants polyphoniques féminins (sublimes et émouvants). Quand les enfants seront plus grands, nous viendrons découvrir la Touchétie, revoir Tbilissi et la Kahétie et se baigner à Batoumi et y manger un khatchapouri adjarouli (pain au fromage avec un oeuf au centre).

Le Japon 日本国

Le Japon est mon premier grand voyage, le premier que j’ai fait après avoir fini mes études et commencé à travailler. J’y ai passé trois semaines chez une amie japonaise rencontrée à Poitiers et ai eu, pour la première fois, le sentiment d’être totalement ailleurs. Le plus étrange au quotidien était de ne pas pouvoir lire, que ça soit les publicités, les titres du journal de mon voisin dans le métro ou les multiples boutons des toilettes… Je me souviens d’un grand moment de solitude à appuyer sur tous les boutons en écoutant perplexe un chant d’oiseau enregistré, en observant un petit jet d’eau jaillir des toilettes et diverses autres actions sans réussir à tirer la chasse d’eau !

J’ai passé une dizaine de jours à Tokyo. C’est une expérience à vivre, surtout que mon amie habitait près de la station de métro Ikebukuro, station qui accueille chaque jour 2,7 millions de passagers ! La station est immense et je n’ai jamais réussi à retrouver la même sortie. Tokyo est une ville gigantesque et fascinante, mais épuisante. Quand je suis rentrée à Paris, où j’habitais alors, dans le quartier de Bastille, j’ai eu l’impression de retrouver une petite ville de province…

La numérisation d’une photo argentique.. Désolée pour le résultat !

Nous avons ensuite un peu voyagé dans le pays en allant d’abord à Kyoto et j’ai eu un véritable coup de foudre pour la ville. Les temples, les sanctuaires et les jardins sont magnifiques et invitent au dépaysement et à la réflexion sur l’art et la religion. Nous sommes aussi allées dans un Ryokan (auberge traditionnelle) possédant un Onsen (bain thermal) perdu dans la forêt, une expérience unique et déstabilisante d’être plongée dans la vie japonaise traditionnelle. Pour finir, nous avons fait un (petit) tour de Hokkaido (l’île septentrionale).

Le temple du Pavillon d’Or ou Kinkaku-ji

Ici aussi, bien sûr, la gastronomie était une découverte et un ravissement . J’ai découvert une petite partie de celle-ci, bien loin de ce que l’on peut manger dans les restaurants (dits) japonais. J’ai ainsi goûté à la racine de lotus (délicieux) et j’ai mis longtemps à comprendre ce que c’était !

J’aimerais avant tout faire découvrir Tokyo et Kyoto à mon mari et à mes enfants, dormir une nuit dans un Ryokan disposant d’un Onsen et aller à la rencontre de ce pays et ce peuple tellement éloignés de notre culture européenne.

Le Liban لبنان

Le Liban est un petit pays par rapport à sa superficie qui est équivalente à celle de la Gironde. Mais les paysages sont extrêmement variés puisqu’on passe du bord de mer à une altitude de 3000m en une soixantaine de kilomètres. La haute plaine intérieure de la Bekaa (à 900 mètres d’altitude) est aussi superbe avec cet encadrement de montagnes.

Nous avons visité les temples de Baalbek dans la plaine de la Bekaa. Le site archéologique est magnifique et immense. Les ruines des trois temples sont très impressionnantes et le paysage de montagnes les entourant renforce cette beauté saisissante venue de l’Antiquité gréco-romaine.

J’ai été très surprise par la francophilie et la francophonie des Libanais, surtout des maronites (les chrétiens catholiques orientaux). Je savais que le Liban avait été sous mandat français entre la Première et la Seconde guerre mondiale mais je ne pensais pas que celui-ci avait joué un tel rôle.

De plus, nous étions dans un contexte politique particulier car nous sommes arrivés quelques jours après l’attentat qui a coûté la vie à Rafiq Hariri et après le discours de Jacques Chirac en mémoire de son ami et en soutien au peuple libanais. Nous avons participé à une des grandes manifestations dans Beyrouth et avions été surpris par la présence de drapeaux français brandis par des Libanais.

La gastronomie libanaise est à se damner ! Notre petit-déjeuner était toujours une man’ouché au zaatar (une galette recouverte d’un mélange d’épices comportant principalement du thym et des graines de sésame) accompagné d’un verre d’ayran. Un délice ! Notre séjour a été un régal permanent.

J’aimerais faire découvrir ce pays à la géographie si variée et à l’histoire si riche et au carrefour de tant de civilisations. J’aimerais revoir Beyrouth et Baalbek et aller découvrir d’autres villes auxquelles nous avions renoncées dans le contexte de notre visite.

La Malaisie

La Malaisie est située en Asie du sud-est, au sud de la Thaïlande et au nord de Singapour pour la partie péninsulaire et elle occupe aussi la partie nord de l’île de Bornéo (le sud appartenant à l’Indonésie). Sa capitale est Kuala Lumpur dont les Tours Petronas sont célèbres dans le monde entier.

La Malaisie est un pays aux influences multiples, surtout malaise, indienne et chinoise où la cohabitation entre ces différents peuples est à la fois paisible et discriminante. On y découvre des traditions différentes selon les régions et l’ethnie dominante, l’héritage de la colonisation portugaise, néerlandaise ou britannique.

On redécouvre aussi des éléments de notre quotidien, comme le thé. J’étais ainsi allée visiter les plantations de thé BOH dans les Cameron Highlands (à 200 kilomètres au nord de Kuala Lumpur). On pouvait suivre tout le processus de préparation, de la récolte à l’emballage du produit fini.

Les plantations de thé

J’aimerais aussi (et surtout) montrer la ville de Malacca, ville portuaire située au bord du Détroit de Malacca, entre Kuala Lumpur et Singapour et classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Au début du XVIe siècle, la ville est conquise par les Portugais. Puis, une centaine d’années plus tard, les Néerlandais deviennent la nouvelle puissance colonisatrice de la région… jusqu’à l’arrivée des Britanniques au début du XIXe siècle.

Désolée pour la qualité toute relative des photos…
Ma cantine à Malacca

Le Geographér Café a clairement été le restaurant où je suis le plus retournée. Déjà pour le nom (j’ai quand même fait quatre ans d’études de géo) et surtout pour la qualité de l’endroit. C’est mon petit moment de nostalgie car mon porte-clés pour la maison est celui du Geographér Café… qui me suit depuis plus de dix ans !

Et puis, surtout, si nous allons un jour en famille en Malaisie, nous irons à Bornéo voir les orangs-outangs (en espérant qu’il en reste encore !). Si je me souviens bien, nous étions allées à la Semenggoh Nature Reserve à Kuching qui n’est pas un parc animalier mais un centre de réadaptation à la vie sauvage des orangs-outangs. Je n’ai pas retrouvé de jolies photos mais c’était une visite captivante d’observer ces grands singes se déplacer librement dans les arbres.

La gastronomie vaut aussi le détour puisqu’on peut à la fois manger malais, malaisien, indien et chinois. Le thé noir est à l’indienne, avec du lait et des épices. J’ai mangé en Malaisie le premier poulet tandoori que j’ai adoré… bien loin de celui qu’on mange en France, les restaurants n’ayant pas de four tandoor.

Dans 5 ou 10 ans peut-être…

Pourquoi attendre si longtemps pour y retourner ? J’aimerais que les enfants soient plus grands pour éviter de transporter aussi la logistique liée à un enfant petit (poussette, couches, etc.), pour pouvoir davantage marcher et découvrir, pour m’assurer qu’ils sont plus résistants en cas de tourista et pour qu’ils gardent des souvenirs de leurs voyages.

Les longs voyages dans des pays inconnus me manquent mais nous découvrons aussi à chaque fois des endroits sublimes, que ça soit en France, en Allemagne ou dans d’autres pays européens.

Et vous ? Quels pays souhaitez-vous faire découvrir à vos enfants voire à votre conjoint aussi ?

%d blogueurs aiment cette page :