Je connais depuis des années (des décennies même) le nom de Godefroy de Bouillon que j’ai d’abord rencontré en cours d’histoire au collège (le chapitre sur les croisades) puis pendant mes études d’histoire à l’université (un module annuel sur les États latins d’Orient du XIe au XIIIe siècles). Je le savais avoué du Saint-Sépulcre (autrement dit premier souverain du royaume de Jérusalem à la fin du XIe siècle) mais je ne m’étais jamais demandée où pouvait être Bouillon.

La ville de Bouillon

Cherchant une jolie petite ville en Belgique où faire étape sur le chemin du retour, j’ai trouvé la ville de Bouillon qui répondait parfaitement à nos critères : une petite ville (un peu plus de 5000 habitants) et un beau patrimoine à visiter. Nous y sommes allés une fois en hiver et l’autre fois en été.

La ville de Bouillon se trouve dans la province de Luxembourg, en Belgique. Elle est à la frontière avec la France, au niveau du département des Ardennes. Elle est située à 100km à l’ouest de Luxembourg et à 170 km au sud-est de Bruxelles. Les villes françaises les plus importantes à proximité sont Sedan et Charleville-Mézières.

C’est une ville d’un peu plus de 5000 habitants dont le château-fort est mentionné pour la première fois au Xe siècle. Elle s’est développée au pied du château, à l’intérieur d’un méandre de la Semois, puis sur la rive sud de cette rivière. Elle est entourée de petites collines boisées.

Godefroy de Bouillon

Le personnage le plus célèbre de la ville est donc Godefroy de Bouillon, né vers 1058 à Genappe (Belgique) ou à Boulogne (France) et mort en 1100 à Jérusalem. Héritier des ducs de Basse-Lothringie, son éducation de chevalier est faite à Bouillon par son oncle Godefroy III le Bossu. Ce dernier étant sans postérité, il hérite des titres et du château de Bouillon. En 1095, Godefroy de Bouillon est un des premiers chevaliers à répondre à l’appel du pape Urbain II pour aller conquérir Jérusalem. Pour réunir les fonds nécessaires à son départ en Terre Sainte, il vend le château de Bouillon aux princes-évêques de Liège. Parti en août 1096 avec ses frères et de nombreux hommes, ils arrivent à Constantinople en novembre. Les croisés vont conquérir Nicée et Antioche avant d’arriver en juillet 1099 aux portes de Jérusalem. La prise de Jérusalem est un véritable bain de sang, la population, tant juive que musulmane, subit de nombreux massacres et la ville est mise à sac. Les chrétiens coptes, grecs, syriens et arméniens ne sont pas épargnés.

Vues sur la ville depuis le château

Le château

Plan trouvé ici

Construit à cheval sur deux petits pitons rocheux et un beaucoup plus étendu, le château-fort est un grand espace dont les trois parties sont reliées par des ponts de pierre. Les fortifications ont été développées et réaménagées au fil des siècles, notamment par Vauban au XVIIe siècle.

Le château est très intéressant à visiter. On monte ou descend des escaliers, on traverse des salles plutôt obscures, des espaces dégagés et on a vraiment le sentiment de remonter les siècles jusqu’au Moyen-Âge.

Un spectacle de fauconnerie est proposé dans la cour d’honneur. Les enfants étaient très impressionnés par le vol des différents rapaces mais les plaisanteries sexistes des fauconniers sur les femmes dans le public, et notamment sur une supposée agression sexuelle de la jeune femme qui avait accepté de participer au spectacle par les deux fauconniers nous ont dégoûté.

Je ne sais pas si ce sont d’autres personnes qui font désormais le spectacle de fauconnerie, je l’espère. Malgré cela, nos deux séjours à Bouillon nous ont beaucoup plu, surtout la découverte et l’exploration de ce superbe château-fort.

%d bloggers like this: