Je viens de passer quelques jours chez mes parents et j’ai dormi dans ma chambre où la décoration est restée celle de mon enfance. Au-dessus de mon lit, se trouve la tête de chat en canevas sur laquelle j’avais travaillé (et peiné) pendant des mois. Dans mes étagères, j’ai retrouvé mon manuel d’allemand de 6ème (dont j’ai parlé sur Instagram) et les livres que je lisais à l’époque (quelqu’un veut un Quid de 1996 ?).

Mais surtout, j’ai pu admirer de nouveau ma collection de pin’s ! Six panneaux de feutrine regroupant en tout plus de 600 exemplaires ! Cette collection est d’ailleurs la seule que j’ai faite, je n’ai sinon jamais eu l’âme d’une collectionneuse.

Les tableaux

Ayant très vite eu des dizaines de pin’s, mon père a eu l’idée de fabriquer et d’encadrer ces petits tableaux afin de pouvoir exposer mes trésors dans ma chambre. Les deux premiers ont été recouverts de feutrines que ma mère avait déjà. Mais pour les suivants, j’ai choisi de jolies feutrines effet velours. Certes, les six tableaux ne sont absolument pas assortis… mais cela ne faisait pas partie de mes préoccupations de l’époque !

A la recherche des pin’s

A la grande époque des pin’s, j’ai mis toute ma famille et même les amis de mes parents à contribution. Je pense n’avoir acheté qu’un quart à un tiers de mes pin’s, le reste m’a été offert ou obtenu en participant aux opérations commerciales de diverses marques.

Une amie proche de mes parents tenait un restaurant routier et elle a accepté de me laisser découper les preuves d’achat des bouteilles d’eau (Volvic puis Vittel) afin que je puisse recevoir tous les pin’s proposés par ces deux marques.

Une petite partie des pin’s Volvic et Vittel

Elle me donnait aussi les preuves d’achat de tout ce qu’elle achetait et qui permettait d’obtenir des pin’s. J’ai aussi convaincu mes parents de n’acheter qu’une marque de croquettes pour les chats pendant quelques semaines, puis seulement les chips partenaires de l’opération, puis d’autres chips, etc.

Mes frères et sœur me rapportaient aussi des pin’s de leurs entreprises, de leurs voyages, de leurs achats.

Aujourd’hui, certains pin’s sont collectors comme celui de FR3 ou de La Cinq. Les supermarchés Major et Mammouth n’existent plus, Vert Baudet n’a plus de baudet vert en mascotte et les glaces Pilpa ont disparu.

Mon oncle, très engagé dans l’association des donneurs de sang bénévoles et archer talentueux, m’avait offert toute la collection de la FFDSB (Fédération Française pour le Don de Sang Bénévole) et ceux de l’association de tir à l’arc dont il était membre.

Enfin, vous connaissez mon attachement à mon département d’origine et j’ai bien sûr de nombreux pin’s de la Nièvre et de différentes villes et associations nivernaises.

Les échanges de pin’s

On avait fréquemment des doubles et l’échange dans la cour de récré était une habitude fondamentale de tout bon collectionneur de pin’s. J’avais la chance que ma sœur ait un ami qui travaillait à TF1 et ce dernier lui avait donné plusieurs exemplaires pour moi. Imaginez ma gloire à la récré ! J’ai ainsi négocié âprement plusieurs pin’s qui me faisaient envie depuis longtemps contre un pin’s TF1 en double !

Et aujourd’hui ?

J’aime bien regarder mes tableaux de pin’s quand je reviens chez mes parents. Pour mes enfants et mon mari, ce sont juste une déco vintage de plus dans ma chambre mais ils font partie de mes souvenirs d’enfance.

J’ai par ailleurs retrouvé dans mes étagères un petit carton contenant des dizaines d’exemplaires de ces deux pin’s. Si quelqu’un est intéressé par un échange, n’hésitez pas !

Avez-vous fait la collection des pin’s ? L’avez-vous gardée ?

%d blogueurs aiment cette page :